Le jour d'après

Dans la chanson de Juliette chère à nos p'tites plumes, la petite fille dit "maintenant, je vais à l'école : je chante, je dessine et puis je rigole". Bon hier, notre toute première rentrée n'a pas tout à fait ressemblé à ça. Du moins, le début. 

Solenne et Thelma étaient pourtant ravies de leur nouveau cartable, et prêtes à entrer dans leur école. Pour ce premier jour, elles étaient bien entourées : papa, maman et même Disket ! La famille au grand complet a parcouru d'un pas uniforme la centaine de mètres séparant la maison et l'école maternelle du village.

 

Bon, au moment d'entrer dans cette grande salle pleines d'enfants, Solenne a commencé à perdre son sourire. Et Thelma a affiché une mine inquiète, elle aussi. Elles ont découvert leur porte manteau, mis leurs nouveaux chaussons, et hop direction la salle de classe pour faire connaissance avec le maître.

Une pièce lumineuse, pleins de nouveaux jouets, des livres, des poupées: les filles balaient d'un regard toutes ces nouveautés. On reste avec elles, on découvre et on leur explique que papa et maman doivent partir et que je reviens les chercher à midi.

 

L'histoire aurait pu (du) s'arrêter là.  Mais fidèle à elle-même, notre Solenne n'a pu résister. Et face aux pleurs insistants de sa soeur dans cette salle relativement calme au vu du contexte, Thelma a craqué à son tour. Un dernier bisou, un gros câlin, on file sans traîner, la larme à l'oeil, main dans la main, tout penauds et dépités et des angoisses plein la tête : "Mais est-ce qu'ils vont trouver leur doudou? Auront-elles le droit de prendre la tétine? Et qu'est-ce qu'ils vont faire si elles ne se calment pas? Et si après elles ne veulent plus y retourner?..."

 

Bon, les échos des mamans rencontrées le midi même sur le pas de la porte me confirmeront ce que j'avais perçu de la fenêtre de la chambre à l'heure de la récré (oui, de notre maison, on voit la cour : j'aurais jamais cru que ça me plairait à ce point...): les filles vont bien et s'amusent comme des folles. Il faudra repasser l'épreuve en début d'après-midi, plus soft heureusement.

 

Mon diplôme de mère courage, je crois que je l'ai gagné ce matin, en ce 2e jour d'école : pas de papa, je prends mes filles sous le bras pour les emmener en classe. Le protocole est heureusement plus léger... les pleurs aussi, ouf, malgré, une fin de nuit assez agitée pour Solenne! On croise les doigts... et on a hâte d'être au jour d'après.

 

Ci dessous en photos

Notre première rentrée, fallait bien l'immortaliser

En route pour l'école!

Euh, t'es sûre maman, il faut rentrer?

Ma photo, mon porte manteau... ma petite place à moi pour toute l'année.

 


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Christelle (mercredi, 03 septembre 2014 19:48)

    Coucou. Bon je vois que tout s'est bien passé tout de même. Les pleurs de la première rentrée sont presque "obligatoires" je crois. Daniel lui a eu une appréhension de passer en grande section de maternelle car il changeait de maîtresse mais au final le midi il avait déjà envie d'y retourner et trouvait le temps long. Quant à ma grande Lisa elle a pris le bus toute seule avec une de ses copines, plus question d'être accompagnée par papa et maman pour sa rentrée en 4ème... eh oui déjà...
    Je vous fais un gros bisous à vous tous et vous dis à bientôt les amis.;-)